Vous êtes ici : Accueil » Coupes » Ligue des Champions » Ligue des Champions-Groupe F: Arsenal impressionnant
Ligue des Champions

Ligue des Champions-Groupe F: Arsenal impressionnant

C’était l’une des affiches de la soirée. On nous avait promis un duel plein d’intensité, c’était finalement une rencontre à sens unique. Qui a brillé, qui s’est loupé, les faits de matchs importants? On vous dit tout ce qu’il faut savoir.

Le match

Du beau jeu tout au long de la première période avant que les 22 acteurs lèvent le pied par la suite. Comme à son habitude, Arsenal a proposé un jeu collectif léché et constamment porté vers l’avant. Arteta préfèré à Wilshere a montré que la profondeur de banc des Gunners serait un atout pour cette saison. Le britanique entré en cours de match a régalé l’Emirates Stadium.

Il a flambé: Mesut Ozïl

Avant son arrivée, Arsenal était une équipe pétrie de talent mais sans chef d’orchestre. Aujourd’hui, force est de constater qu’Arsène Wenger s’est offert l’un des meilleurs soliste au monde, et un véritable chef d’orchestre. Il fait basculer le match à lui tout seul avec un but et une passe décisive, et en profite pour confirmer ses excellentes dispositions depuis le début de saison ainsi que sa redoutable entente avec Olivier Giroud. Et ce n’est que le début…

Il a manqué: Gonzalo Higuain

Incontestablement l’homme fort du système Benitez, son absence a considérablemet pesée dans le résultat du match. Incapables de convertir leurs rares occasions, les napolitains se sont montrés presque inofenssifs. Si en championnat son absence a pu passer inaperçue, la Ligue des Champions, c’est une autre paire de manches. Contrairement à son homologue, la marge de manoeuvre de Benitez en terme de rotation de son effectif est beaucoup plus limité.

Les séquence de jeu

Pressing de Flamini sur Hamsik, il transmet à Ozïl qui enchaine par un une-deux d’école avec Olivier Giroud. L’allemand place une accéleration foudroyante dans la surface avant de remiser sur Giroud qui mitraille Pepe Reina.

Contrôle poitrine de Giroudqui transmet à Ramseysur le côté droit. Le gallois s’infiltre dans la surface, remet en retrait sur Ozïl qui n’a plus qu’a conclure d’un plat du pied plein d’autorité.

Le foot, c’est beau quand c’est simple, et Arsenal en a fait la démonstration.