Avec ses 11 français dans l’effectif, Newcastle plaisait. Jusqu’à ce que les observateurs virent de bord et décèlent une fracture dans le vestiaire Magpie. Si le staff et les joueurs démentent, la tension est palpable à trois journées de la fin.

 

Cinq points d’avance sur le premier relégable mais avec un match en plus. Une triste 17ème place à trois journées de la fin, voilà de quoi doit se contenter la plus française des équipes de Premier League. La francophonie au sein de l’effectif semble diviser et créer des clans entre les joueurs. Selon le Daily Telegraph, un groupe de joueur serait « agacé des français, pas assez engagés à leurs yeux, passant leur temps à se plaindre auprès d’Alan Pardew, l’entraîneur de Newcastle ».

Une bien mauvaise rumeur qui n’arrive pas au meilleur moment. En effet, les magpies doivent impérativement gagner leurs trois dernières rencontres s’ils veulent s’assurer d’être en Premier League la saison prochaine. Dans le sprint final, mieux vaut rester soudés et conserver la cohésion initiale.

 

Rumeurs sur fond de vérité

Si tout le club et son entourage dément ces informations, comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu. Derek Llambias, le directeur général du club a relativisé en accusant de fausses sources : « Il n’est pas utile que les gens tentent de distraire l’équipe avec de fausses rumeurs… Le club est déterminé à changer les choses et tout le monde travaille ensemble pour assurer cet objectif ». Des déclarations rassurantes, afin de protéger ses joueurs en cette fin de championnat, qu’ont soutenu Papiss Cissé et Cheick Tioté. Ce dernier préfère se concentrer sur l’aspect sportif de la situation : « On veut que les fans sachent que tous les joueurs sont engagés. Nous sommes dans le même bateau et nous allons nous battre pour sortir de là… et nous savons que nos fans vont nous aider à le faire. Ils sont incroyables. ». Voilà de quoi rassurer les supporters des toons, qui devront faire office de 12ème homme lors des dernières rencontres. Newacstle doit d’abord terminer sa saison avant d’envisager d’éventuels remaniement au sein de son vestiaire. Et ça commence dès samedi à West Ham.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici