nasri-bassong_optExpulsé face à Norwich ce samedi lors de la victoire de Manchester City (4-3), Samir Nasri n’a pas conclu de la meilleure des manières une année 2012 déjà bien noire pour le joueur français.

Samir Nasri s’est fait expulsé pour une réaction un peu intempestive contre Sebastien Bassong, le défenseur de Norwich. L’ancien joueur de Metz ayant juste avant effectué un tacle dangereux qui aurait pu blessé gravement l’international français. Mais cette expulsion vient noircir un peu plus le tableau “d’honneur” de Samir Nasri dans cette année 2012 qui s’achève, peut-être avec soulagement pour le joueur, lundi soir.

Toutefois, sur ce qu’il s’est passé samedi sur la pelouse de Carew Road, Samir Nasri peut compter sur le soutien de son manager, Roberto Mancini : “Je ne sais pas pourquoi Samir a été expulsé étant donné que c’était sous les yeux de l’arbitre assistant. Je ne sais pas ce qu’il a vu. J’ai revu les images et les deux se touchent la tête » à propos de son joueur qui revenait de blessure après deux semaines d’absence et qui n’aura passé que 44 minutes sur le terrain. Le joueur lui quittant le terrain en demandant à l’arbitre : “Mais qu’est-ce que j’ai fais ?“.  Ce qui n’aura pas empêché, heureusement, son équipe de finalement s’imposer 4 buts à 3.

Mais ce nouvel épisode impliquant Samir Nasri ne va pas aider le Français a redorer son blason outre-Manche. Une réputation déjà ternie par l’histoire du mur abandonné face à Manchester United et qui avait permis à Robin Van Persie d’offrir la victoire aux Red Devils dans le derby mancunien. Si on y ajoute un été orageux en Ukraine où Samir Nasri s’est fait remarqué par un comportement de “petite frappe”. Un comportement qui lui a valu une suspension de trois matches en équipe de France, mais l’ancien Marseillais n’est pas réapparu depuis chez les Bleus.

Et vu la tournure des évènements, Didier Deschamps, le nouveau sélectionneur, ne semble pas compter sur l’ancien Gunner. Plus que jamais, Samir Nasri est pressé d’être le 1er janvier, histoire d’oublier une année 2012 cauchemardesque, malgré son premier titre de champion national décroché en mai dernier avec les Citizens.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici