Le club de Manchester City a annoncé ce vendredi avoir cumulé un déficit de 230 millions d’euros pour la saison 2010-2011. Soit le plus gros déficit de l’histoire du football anglais.

Chelsea et Roman Abramovitch ont trouvé leurs maîtres : Manchester City et le Cheikh Mansour. Les 165 M€ de pertes du club londonien en 2005 qui avait provoqué l’émoi dans le football anglais, ont été rayés de la carte par la perte abyssale annoncé ce vendredi par les Citizens.

Des pertes justifiées essentiellement par l’achat de joueurs comme Jérôme Boateng (12,25 M€), Edin Dzeko (31,5 M€), David Silva (30 M€), Yaya Touré (28 M€), Aleksandar Kolarov (22 M€),  James Milner (30 M€) et Mario Balotelli (28 M€). Des achats auxquels il faut rajouter une masse salariale de 203 M€.

Le fair-play financier en gendarme

A ce jour, le propriétaire du club mancunien a dépensé 933 millions d’euros. Une somme incluse dans les capitaux propres du club en actions et pas comme en prêts comme c’était le cas à Chelsea avec Roman Abramovitch. De tels chiffres et une perte record de 230 M€ soulèvent la question sur la capacité du club à entrer dans les clous pour être en phase avec le fair-play financier qui sera mis en place d’ici deux saisons pour le début de la saison 2014-2015.

Pour distribuer la licence nécessaire à la participation à une coupe d’Europe, l’UEFA va étudié les bilans des trois années précédentes, donc, à partir de l’actuelle saison. Et les règlements de ce fair-play financier disent que le déficit cumulé sur trois ans ne doit pas dépasser 45 M€ ! Du côté de Manchester City on se montre rassurant au moment de présenter ces chiffres : “Nos pertes, sont celles qui étaient envisagées dans le cadre de notre stratégie d’investissement accéléré. Elle ne seront pas répétées à cette échelle dans l’avenir” a déclaré Graham Wallace. Ces résultats financiers représentent le creux de la vague de pertes financières à Manchester City. Nous sommes conscients de la règle à venir du fair-play financier imposé par l’UEFA, et nous avons en conséquence un dialogue récurrent et positif avec les autorités concernées. a-t-il ajouté.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici